Akiko la voyageuse, petit conte zen


Une histoire discrète et légère comme une plume qui vient nous chatouiller l’oreille !

Hmmmm… les éléments, la nature, les émotions, l’intuition sont à l’honneur. Incontestablement.

Akiko joue du shamisen au bord de la rivière pour ses amis. Elle reçoit un message porté par un poisson. Aussitôt, elle part. Mont Fuji en fond, elle traverse forêts et rivières et rencontre des animaux. Mais, où va-t-elle avec cet empressement si calme ? (Réponse à la fin du livre.)

Il y a dix ans, dans Akiko la curieuse, la fillette partait toute petite et intrépide, à l’aventure, à la rencontre du printemps. Elle recevait alors le soutien de la nature et des animaux. Juste retour des choses, on les retrouve à ses côtés dans ce livre-là. C’est également à son tour de soutenir les animaux qu’elle croise. Comme une grande !

Ce livre est très court mais l’histoire trotte bien longtemps en tête. Et pas uniquement parce qu’elle véhicule de belles valeurs. C’est aussi parce qu’Antoine Guilloppé met son histoire en scène de façon simple, créant de fortes sensations avec des images très cinématographiques et des couleurs contrastées.
Les Ombres chinoises à la fin du livre sont ravissantes et vraiment très touchantes !

 [1]



  • Auteur : Antoine Guilloppé
  • Éditeur : Picquier jeunesse
  • Parution : avril 2014
  • Prix : 9,50 €

  • Âge : Petits / Moyens
  • Genre : Album
  • Thématique : Emotion / Naissance / Nature
  • Type de lien :

[1A méditer ? Bien souvent, ce qui reste d’une histoire, ce sont les émotions.
Et je rends à Jules ce qui appartient à César : c’est un monsieur qui s’appelle Didier Desbrugères qui a écrit La biographie aux éditions Gaïa (roman clairement adulte !) qui m’a dit cette phrase lors d’une rencontre que j’animais. Et je trouve que c’est très vrai, en tout cas en ce qui me concerne, mais je n’en ai pris que récemment pleinement conscience.