J’ai vu sous la jupe d’une salle de spectacles

13 novembre 2015


A Saint-Marcellin, dans l’Isère il y a le Diapason, salle de spectacles.
Les salles de spectacles, ça impressionne parce que dedans il y a de l’Art. Et qu’on est beaucoup à se dire que l’Art, ce n’est pas pour nous parce qu’on n’y comprend rien. Si on entre, tout le monde va nous regarder parce qu’on ressemble à un éléphant dans un magasin de porcelaine, un chien dans un jeu de quilles.

L’accident a eu lieu, la rupture est faite, il y a sûrement une blessure, très sûrement la même pour tout le monde. L’Art, ce n’est pas pour moi, c’est malin, ce n’est pour personne alors ?

La mairie de Saint-Marcellin fait de "la vraie éducation artistique et culturelle" avec sincérité et simplicité parce qu’elle est convaincue que tous nous avons besoin de culture pour réfléchir, s’émanciper, se construire, grandir. Alors elle va parler aux enfants et aux adultes et pas n’importe comment.

Elle a eu une idée pour faire connaître sa salle de spectacles vivants : elle fait appel à La Compagnie des Gentils, une troupe de théâtre, pour mettre les coulisses du Diapason en scène.

GIF - 208.8 ko
©Mairie Saint-Marcellin
GIF - 177 ko
©Mairie Saint-Marcellin
GIF - 251.8 ko
©Mairie Saint-Marcellin

C’est pour les enfants et les adultes. J’y ai assisté. Qu’est-ce que c’était bien !
On a visité les coulisses, on a vu derrière le rideau de la scène, on a appris pourquoi le vert était une couleur maudite au théâtre, on a vu les dessins des costumes, le vestiaire, on a rencontré tous les gens qui travaillent dans la salle de spectacles, on a pris conscience que la Création pour qu’elle marche, c’est très technique... hein, qu’est-ce que c’est une bonne idée s’il n’y a personne pour la fabriquer ? On a réalisé qu’un spectacle, ça peut être de la danse, du cirque, des clowns, du théâtre, de la musique. On s’est demandé quels personnages on voulait jouer.
Et pour finir, on a fait irruption au bon déroulement d’un spectacle... il y a eu un couac... si, si.

Le talent de la Compagnie des Gentils tient presque là, dans la phrase juste au dessus : ils réussissent à faire comprendre le vrai, saisir l’essence de ce que peut-être un spectacle vivant en jouant avec le faux et le vrai qui se mélangent. C’est délicieux, on se laisse aller et on prend conscience de pleins de choses en même temps !
On a été accueilli, happé, surpris, dès le début de la visite, on est entré dans une étrange pièce, ambiance fantômatique et cosy, c’était beau. On a même dit un gros mot, celui qui doit rester prisonnier du théâtre. Et pour finir, on est invité à revenir, pas que pour voir un spectacle mais pour donner un dessin, celui qui serait l’affiche du spectacle qu’on aimerait voir ou réaliser.

Quand on lui a demandé quel spectacle un enfant était venu voir au Diapason, il a répondu "je ne sais plus mais c’était beau".

Cette visite décoiffante donne très très envie d’entrer dans une salle de spectacles et d’y emmener du monde.
Et clou du clou, quand on a parlé théâtre, danse, musique, clowns... personne n’a dit qu’il y avait des choses pour les grands et d’autres pour les petits !

Lisa Bienvenu