Sarrant Estivales 2016

22 août 2016


En 2016, du 21 au 24 juillet ont eu lieu à Sarrant, dans le Gers, la 3è édition des Estivales de l’Illustration

Pour tous !

JPEG - 23.5 ko
© Régis Lejonc

Hop, c’est l’été, il fait chaud, c’est le soir qu’on ouvre les fenêtres : on lève le rideau pour avoir un tout petit aperçu sensible des Estivales de Sarrant, dans le Gers. Entièrement dédié à l’illustration, il est pour tous les fondus de dessins et d’images sous toutes leurs formes.

Le jeudi soir, c’est la présentation des illustrateurs/trices : un show qui réussit l’exploit de délivrer une parole intime sur la place publique. Chacun se raconte à partir des images qu’il a choisies, elles sont diffusées sur le mur de l’église, ce qui donne lieu à de bonnes plaisanteries ! C’est Olivier Ka qui orchestre finement cette longue plongée dans les univers des invités. Il a une écoute extrêmement attentive des artistes qu’il accueille sur scène, il titille et taquine avec une grande intelligence, alors le public se laisse conquérir et écoute tout aussi attentivement. On oscille entre rires francs et libérateurs et grande concentration, pour ne pas perdre une miette de ce que disent les artistes. Leur parole est précieuse. Et pourtant, il fait chaud et le bar est encore un peu loin. Ce moment-là est un parfait prélude à tout ce qui va se passer les jours suivants : SIMPLICITE, CONVIVIALITE ET EXIGENCE ARTISTIQUE.

Le vendredi soir, la musique est au cœur des Estivales : Sam et Sarah interprètent des chansons françaises, elles sont mises en images par les illustrateurs/trices professionnels et étudiants. Un moment entre franche rigolade, taquinerie et tendresse. Et puis, dans le prolongement de cette soirée, un concert de blues/folk par David Carroll and the Migrating Fellows. Vibrante musique, groupe époustouflant, sous le porche de Sarrant, à l’abri de la pluie. Quand même, le blues…

Le samedi soir, une troupe d’illustrateurs/trices est cachée derrière un tissu blanc. Un machiniste s’active, huile des rouages, la musique jouée en live commence et on ne voit qu’un ballet de pinceaux nous dévoilant peu à peu notre Histoire, la naissance du monde, sa fin et sa très drôle et subtile renaissance, pleine d’espoir. L’Histoire de l’humanité se déroule sur une fresque de 30 m. Ce spectacle s’appelle La lanterne magique « Evolution ».
Sur une idée de l’Atelier Flambant Neuf, avec Richard Guérineau, Régis Lejonc, Henri Meunier et pour la première fois à l’écran, Cécile Gambini. Avec le soutien technique d’Olivier Ka (le machiniste), l’équipe du festival de BD de Clairac, et les musiciens Bertrand Bonnefond, Thierry Cestac et Stéphane Emy.

Au cours de ces 3 journées, on a croisé un ancien presbytère « remasterisé » par des étudiants en illustration, tchèques et bordelais… « pas nécessairement du goût de tout le monde », a-t-on entendu, « tant mieux si ça grogne » a-t-on aussi entendu en réponse. On a aussi rencontré la Nef des fous, maison d’édition associative très atypique, qui reproduit en sérigraphie avec une incroyable qualité. On a l’impression que chaque exemplaire est peint à la main. On a croisé les regards si vivants et émouvants des personnages gravés d’Iris Miranda, été époustouflé par la détermination artistique de Francisco Gutiérez Garcia… il est Enlumineur. A Sarrant, il y avait aussi une boutique dans laquelle paradaient des objets Pavupapri, pourtant, ils y étaient… STOP… TO BE CONTINUED…

Simplicité, convivialité et exigence artistique.

JPEG - 363.9 ko
© Armell Galli

De haut en bas et de droite à gauche : Olivier Ka, Cécile Gambini, Thomas Scotto, Albertine, Régis Lejonc, Michaela Kukovičová, Christophe Merlin, Henri Meunier

D’autres photos visibles par et par aussi par ici.

Les Estivales, pendant 3 jours complets

C’est une programmation aux petits oignons et de concert avec un invité d’honneur, Régis Lejonc pour la version 2016 et ses complices artistes :
-  Le matin : des « masterclass » avec les illustrateurs et trices, pour apprendre
-  L’après-midi : en compagnie des artistes toujours, des grands dessins un peu partout pour dessiner à plusieurs et en grand, des spectacles, lectures, expositions et projections et des ateliers avec des étudiants en illustration
-  en fin de journée, des apéros-rencontres pour écouter les artistes parler de leur travail
-  le soir, avec la complicité des illustrateurs/trices, des concerts et spectacles pour se remplir le cœur et les yeux
-  en quasi continu… une librairie, un bar et une cantine pour se remplir l’estomac, l’esprit et le gosier

Les Estivales de Sarrant c’est un événement résolument tourné vers le partage et l’ouverture : entre pros et amateurs, entre jeunes et vieux, entre gens de pays différents, entre salariés et bénévoles, entre structures publiques et privées. Autour de l’image.

Le programme complet de l’édition 2016 est .

Sarrant a l’ambition de devenir un Village de l’illustration.

JPEG - 26.8 ko
© Régis Lejonc

Voilà les mots des organisateurs pour présenter le projet :

« Et après LES ESTIVALES 2016… Du Village éphémère à… SARRANT VILLAGE DE L’ILLUSTRATION ».
Lors de cette 3è édition des Estivales de l’Illustration, vous pouvez découvrir une préfiguration de ce que Sarrant propose pour accueillir les métiers de l’illustration dans une dynamique de développement économique, touristique et culturel. »

Le parrain perpétuel de ce festival est François Place, un auteur/illustrateur dont les livres jouent avec les frontières. Un des invités de la toute première édition des Estivales, Benoît Jacques, a dit un jour à Grenoble, dans le cadre du Printemps du livre, que le dessin était notre premier geste artistique, commun à toute l’humanité depuis la nuit des temps.

C’est un festival organisé par la Médiathèque Départementale du Gers, la librairie de Sarrant et l’Association LIRES.

Lisa Bienvenu