Janis est folle


Très étonnante et bouleversante cette histoire de folie. Elle fait bouger nos lignes.

C’est un road-movie, la fuite d’une mère et son fils. Fuite physique, en voiture puisque tous les deux passent leur vie sur les routes de France entre un endroit et un autre et fuite mentale. On ne sait pas ce qui a conduit cette mère, Janis à partir de partout avec son fils, Titouan. D’ailleurs, au début, il n’y a rien, simplement une femme qui vit en marge, qui voit le monde différemment et qui l’enchante quoi qu’elle fasse. Elle est toujours à la lisière, à la frontière. C’est Titouan qui supporte, c’est aussi lui qui raconte. C’est avec bienveillance qu’il veille sur sa mère. Il met de l’ordre, il pose des balises, des repères. Rôles inversés et pourtant parfaitement plausibles. On y croit à ces personnages, on est avec eux, on prend l’histoire dans le coeur, sans aucun recul, en intraveineuse.

Janis et Titouan vivent comme ça, de rien et de tout, dorment dans leur voiture, s’installent parfois quelques temps dans un appartement. Ils rencontrent des gens, plein, jusqu’à s’étourdir... ce qui rend leur relation mère-fils d’autant plus forte qu’ils ne sont vraiment que tous les deux, finalement. L’une virevolte, l’autre porte. Alors quand Titouan flanche, nous aussi on part avec lui, nous aussi on se dit qu’on est tous toujours un peu limite.

J’insiste sur la drôlerie de certaines situations... Janis est une mère qui peut facilement pourrir le premier rendez-vous de son fils, la description de ses excès fous furieux peut aussi être vue de manière très théâtrale... alors le rire peut surgir au milieu du tragique ! Comment dit-on ? Une catharsis ? Ah, oui, ça permet de faire sortir ces choses à l’intérieur de nous dont on n’est pas très fiers.

La photo de couverture d’Alain Laboile est magnifiquement choisie et on sait que les couvertures de livres sont très importantes pour la lecture des romans, elles emmènent déjà dans un certain imaginaire.

Cette histoire de folie, d’excès est écrite dans un style contenu et nuancé qui suggère de très fortes images. La construction de l’intrigue crée du suspens autour de ce qui conduit la fuite de Janis et Titouan. Alors on avance dans l’histoire en étant profondément attaché aux personnages tout en ayant très envie de savoir pourquoi...

Ce livre est beau parce qu’il fait ressentir très profondément.

Janis Joplin
Thelma et Louise de Ridley Scott
Voyageur malgré lui de Minh Tran Huy aux éditions Flammarion
Le captivé de Christophe Dabitch et Christian Durieux chez Futuropolis

Lisa Bienvenu



  • Auteur : Olivier Ka
  • Éditeur : Le Rouergue
  • Parution : août 2015
  • Prix : 14 €

  • Âge : Ados/Adultes
  • Genre : Roman
  • Thématique : Aventure / Relation mère enfant / Relations humaines
  • Type de lien :