1 temps


1 temps - 9h50 le matin France 3 Auvergne Rhône-Alpes présentée par Valérie Chasteland




Un enfant est assis sur le bord d’un ponton, il a un caillou dans la main et s’apprête à le lâcher dans l’eau... et c’est l’occasion, sur 1 temps tout petit, de percevoir et ressentir tout 1 grand temps avec des images, derrière l’enfant, qui défilent à des vitesses différentes.

Absolument bluffant !

On sort de ce livre tout chamboulé dans la tête et dans le cœur !
Dans la tête parce qu’on a eu le sentiment de toucher du bout des doigts et de comprendre intellectuellement la notion de temps qui jamais ne s’arrête et a toujours existé.
Dans le cœur parce qu’on est cet enfant qui oublie tout au moment où il lâche le caillou juste pour le plaisir de voir ce que ça fait dans l’eau et on est l’adulte de la fin du livre qui perçoit, a conscience du temps qui passe à une vitesse folle, plus il vieillit.

1 temps : notion mathématique, qu’on ne peut pas séquencer car 1 représente l’unité, mélangée avec l’écriture, la littérature.
Le rythme.

Sur les premières pages de garde : une rivière, quelques rochers, le bord de l’eau et des montagnes au fond. C’est en noir et blanc, le dessin est figé.
Ce sont les éléments immuables du début à la fin du livre. Le paysage se transforme mais toujours autour de ces éléments de la nature qui existent ou semblent exister depuis toujours. Le métronome du livre.

Progressivement les pages se remplissent, on voit le même enfant dans la même position exactement, seul le caillou qu’il s’apprête à lâcher continue doucement sa chute. On aperçoit un tracteur, un avion, une chenille, des fleurs, le champ se cultive, des maisons apparaissent, elles se colorent aussi, jusqu’au gros plan final, saisissant, sorte d’arrêt sur image. On a appuyé sur le bouton STOP !

Dans ce paysage qui change, on assiste à un mélange de temps qui passe vite et lentement : les saisons se succèdent mais, est-ce que les personnages que l’on rencontre sur une page sont ceux que l’on retrouve sur les autres ? Des éléments qui changent, grandissent, se construisent sur des temporalités très différentes se côtoient et se succèdent (le déplacement de l’escargot semble se passer sur le même temps que la construction d’une ville). Nos repères en sont bouleversés. Mais on ne s’en rend compte qu’avec l’image de fin.

Le texte est d’une poésie et d’une précision à couper le souffle... à mi-chemin entre la science et la littérature !
" Qui a inventé le temps de l’homme ou du papillon ?"
"Mais qui de la minute d’ennui ou de l’heure de jeu paraît la plus longue"
Questions posées à l’enfant à qui on lit, questions que l’on se pose tous.
Chaque interrogation est précieuse et philosophique tout en restant parfaitement accessible à la compréhension. Et surtout très sensible.

La démarche du texte est philosophique tout en étant rassurante : il y a des questions qui restent en suspens et d’autres qui ont une réponse, au moins dans la forme. Et ça c’est important.

A travers ce traitement du temps, on se décentre, on se remet dans le cycle de la vie : après-tout, qui décide que le plus important est le temps de l’homme ?

On trouve beaucoup de blags et de gags, de nombreux traits d’humours sous des formes variées dans les livres d’Henri Meunier.
Aurore Petit a fait les illustrations de la série Petit Pou aux éditions les fourmis rouges, particulièrement "bête" dans le meilleur sens du terme !
Questionnements essentiels et humour sont bien proches l’un de l’autre.

De mémoire, je n’ai encore jamais croisé de livre qui parle du temps de cette manière : décidément, l’album de littérature jeunesse a d’infinies possibilités, ça pourrait presque donner le vertige dites-donc !

Lisa Bienvenu



  • Auteur : Henri Meunier
  • Illustrateur : Aurore Petit
  • Éditeur : le rouergue
  • Parution : Mars 2018
  • Prix : 14,50€

  • Âge : Petits / Moyens / Grands / Tout public
  • Genre : Album
  • Médias : TV
  • Thématique : changement / Enfance / Philosophie / Poésie / temps
  • Type de lien :