Mirabelle Prunier


Haaaatt’ention changement de format de chronique, elle dure 5 minutes !

Pour écouter la chronique, c’est  !

Mirabelle Prunier raconte l’histoire d’une fillette qui se transforme en arbre.

C’est un merle noir, l’oiseau le plus fréquent dans les jardins qui nous raconte l’histoire de Mirabelle Prunier. Comme lui, je ne me lasse pas de dire et répéter Mirabelle Prunier tant ces deux mots communs se marient merveilleusement bien.
Le son est feutré, le rythme dansant et mélodieux !

Quelle est cette histoire que le merle nous raconte ?

Mirabelle est une fillette différente, son enfance est difficile, elle est rejetée, personne ne la comprend, pas même ses parents. Alors, elle s’éloigne et part vivre à la lisière du monde. Elle y reste, prend racine et peu à peu, la transformation opère : elle se métamorphose en arbre, en prunier, plus exactement. C’est long, les saisons se succèdent. Au fil du temps, on la reconnaît à peine, cependant, elle est toujours bien là. Arrivée à maturité, elle fleurit, donne des fruits lumineux et sucrés que les villageois vont pouvoir déguster. C’est une réaction qu’on peut trouver étrange : elle offre ses fruits aux villageois alors qu’elle n’a reçu que mépris et indifférence, alors qu’elle n’a connu que l’injustice.

Henri Meunier et Nathalie Choux, les deux auteurs, font ensemble en ce moment, la série des Trop Super, une BD pour les petits, qui fait rire les enfants et les parents. Mais ils ont bien d’autres cordes à leurs arcs respectifs.
Dans Mirabelle Prunier, ils allient d’autres aspects de leurs travaux d’artistes : l’étrangeté et le familier, ce qui donne un univers très singulier, dans lequel on trouve facilement des repères : un merle noir, un arbre, une rue pavée par exemple, qui nous permettent d’accepter l’inconcevable : un merle qui parle, une fillette qui se transforme en arbre, des prunes avec une visage et des jambes, qui marchent vers un village.

Quand on lit les mots d’Henri Meunier, on a d’abord l’impression qu’il choisit des sons et des rythmes. La magie opère, on a une histoire pleine de sens, c’est assez fou !
Les illustrations de Nathalie Choux sont d’une incroyable douceur, les yeux de Mirabelle sont remplis de gentillesse et de tristesse en même temps.
L’idée d’une fillette qui se transforme en arbre pour fuir le monde des humains est assez effrayante, les dessins nous font accepter cet étrange phénomène.

Pour terminer cette chronique, on peut dire que Mirabelle Prunier est une fable qui nous parle de résilience.

Lisa Bienvenu



  • Auteur : Henri Meunier
  • Illustrateur : Nathalie Choux
  • Éditeur : Le Rouergue
  • Parution : 2020
  • Prix : 16€

  • Âge :
  • Genre :
  • Médias :
  • Thématique :
  • Type de lien :