La malédiction de l’anneau d’or


La malédiction de l’anneau d’or - 9h50 Le matin France 3 Auvergne Rhône-Alpes présentée par Valérie Chasteland




C’est une histoire très belle et forte entre Cornélia, aveugle et Virginia, son amie. Il y a longtemps, on ne sait pas où, dans un orphelinat.
C’est un conte, un récit initiatique mais pas tout à fait… un mélange des genres subtil, savoureux et un peu effrayant.
L’histoire, passée, est racontée par “Jack le corbac”, un corbeau, donc, oiseau de mauvaise augure !

Et ce point de vue adopté, l’histoire narrée par un animal est un peu une marque fabrique dans l’écriture de Fred Bernard. On est à la fois dans le mystère, le suspens d’une aventure parfois bien sombre et on est un peu décalé, on sourit, quand on imagine que c’est un corbeau (pour ce livre) qui raconte.
Même si c’est un corbeau, oiseau noir à la symbolique négative, on sourit quand même car l’écriture, le style de l’écrivain est marqué par une sorte d’humour, que je suis bien en peine, là, de pouvoir expliquer : une manière de tourner certaines phrases, certains mots utilisés, les onomatopées parfois.
C’est une impression et pourtant, cette histoire-là est bien sombre, le personnage principal, Cornélia, n’a rien de rassurant, bien au contraire...

Et les illustrations accompagnent parfaitement cette dernière idée.
Elle sont noires, d’inspiration préraphaélite dans les traits des personnages et la lumière qui s’en dégage. Dans l’art préraphaélite, les femmes sont vues à la fois comme des anges salvateurs ou comme des beautés dangereuses. Les femmes représentées sont des symboles : personnages bibliques, mythologiques… plutôt que des personnes.
Je crois qu’on y est, là avec cette histoire dans laquelle il n’y a qu’un "homme" et encore. L’autre représentant masculin est le Corbeau.

Ce livre provoque le trouble, car on est souvent en face de contradictions par rapport à nos repères habituels : la noirceur extrême des peintures, plutôt rare dans un album "jeunesse", l’extrême gentillesse des nonnes de l’orphelinat alors qu’elles représentent souvent la méchanceté et l’injustice, propices à la rébellion et à l’émancipation des personnages, la cruauté et grande douceur de Cornélia, personnage principal, le dévouement total de Virginia pour son amie, il en devient presque effrayant, il pourrait relever du culte de la personnalité...

Un très grand et bel album et vraiment, mais alors vraiment pas que pour les enfants.
On est dans une grande aventure... l’histoire nous hante, comme la légende lue dans un livre dérobé à la bibliothèque par les deux amies.
Jamais ni nous, ni nos héroïnes, ne parviendront à percer tous les mystères...

Et l’on retrouve, comme régulièrement dans le travail des deux auteurs, un lien avec un autre livre Anya et le tigre blanc, signe qu’ils sont, l’air de presque rien et tranquillement, en train de fabriquer une grande oeuvre !

Lisa Bienvenu



  • Auteur : Fred Bernard
  • Illustrateur : François Roca
  • Éditeur : Albin Michel Jeunesse
  • Parution : Fin 2017
  • Prix : 19€

  • Âge : Grands / Ados/Adultes
  • Genre : Album / Conte
  • Médias : TV
  • Thématique : Adolescence / Amitié / Amour / Aventure / Colère / Fantastique / forêt / Grandir / Légende / Liberté / Merveilleux / Mystère / quête / Secret
  • Type de lien :